La toiture gothique et le clocher monumental Le clocher monumental vu de trois-quarts nord-ouest Cathédrale Saint-Etienne Le clocher monumental vu de trois-quarts sud-ouest Le clocher monumental au clair de Lune Le clocher monumental vu de trois-quarts nord-est
Veuillez cliquer sur les images pour les visualiser pleinement

Campanile de la nef gothique, abritant la cloche dite des chanoines

Il semblait que saint Saturnin lui-même soit à l'origine de l'édifice primitif, chapelle reconstruite par saint Exupère 150 ans après. La cathédrale romane a constamment évolué au fil des sicèles jusqu'en 1211, début de la construction, par la volonté du comte Raymond VI, de la nef romane actuelle dit raimondine. Très vite cependant, le projet d'une gigantesque cathédrale gothique a pris le pas, mais son inachèvement nous a légué cet édifice unique en son genre.

La construction gothique commence par le chœur entre 1273 et 1286, sous l'impulsion de l'évêque Bertrand de l'Isle, et doit s'interrompre au XVe siècle. Un siècle plus tard, le futur cardinal Jean d'Orléans donne son aspect actuel à l'ensemble en reliant les deux parties de style différent, par la pose du pilier qui porte son nom. La toiture de bois n'est remplacée par la voûte actuelle qu'après l'incendide de 1609, par l'architecte Pierre Levesville, pour une hauteur de 28 m au lieu des 40 projetés.

La dernière intervention remarquable est celle de 1938, menée par l'Etat républicain, afin de donner une façade au transept nord inachevé, aménagement rendu nécessaire par la destruction du moulon de la rue des Cloches et le dégagement du futur square Saliège. Ce n'est qu'au début des années 2000 que les outrages de la Révolution ont été réparés : maçonnerie de la fenêtre du clocher d'où fut précipité le bourdon majestueux, restauration du pignon devant la rosace romane. Malgré tout, la pollution urbaine (aidée par le brûlement de pneus devant la Préfecture) a très vite repris son œuvre, en témoigne le noircissement de la pierre déjà avancé, seulement quelques années après.

Vue lointaine de Saint-Etienne Chœur gothique Chœur gothique, pilier d'Orléans et voûte romane Porte 1938 de Saint-Etienne Saint-Etienne au clair de Lune

Issues d'au moins six fondeurs différents, les vingt-deux cloches de la cathédrale sont réparties ainsi : cinq cloches montées sur beffroi, douze en carillon, trois en horloge, une dans le clocheton de la nef gothique (cloche des chanoines) et une cloche de sacristie.



ton nom date ø mm kg fondeur lieu pape remarque, inscriptions
1 la2 Etienne-Florian 1876 1840 3901 Amans Lévêque Toulouse Pie IX LAUDO DEUM VERUM, POPULUM VOCO, CONGREGO CLERUM;
DEFUNCTOS PLORO, FUGO FULMINA, FESTA DECORO.
1
2 3 Marie 1992 1290 1235 Paccard Annecy  

patronne de la paroisse
HIC DOMUS DEI EST ET PORTA COELI ET VOCABITUR AULA DEI 2
1592-1992, ANDRE COLINI (sic) , ARCHEVEQUE DE TOULOUSE, ABBE FRANCOIS REMAURY, ABBE RAYMOND PALACIN, PAROISSE SAINT ETIENNE

3 sol3 Flos Carmeli 1764 1098   P. Jolly Limoges  

non classée, provenant du couvent des Grands-Carmes (démoli en 1809)
SIT SEMPER SONVS EIVS IN LAVDEM ET GLORIAM SSMÆ TRINITATIS PATRIS ET FILII ET SPIRITVS STI AMEN
P ROBERTVS VILLARAZE PRIOR BENEDICITE DEO COELI IN MAGNO CARMELO TOLOSANO AN%DNI 1764
PROTEGAT NOS SEMPER BEATA MATER DNI NRI IC P ADRIANVS DELON PROALIS. P. IOLY. LIMOVIENSIS M F

4 sol#3   1815 950   Viguier Toulouse   2 battants en 1974
5 la3 Cécile 1992 870 380 Paccard Annecy  

CONFITEBOR NOMINI TUO 3
SYNODE DE L'EGLISE DE TOULOUSE

1592-1992

6 la#3 Etienne 1922 800   Amédée Vinel Toulouse   décrochée du carillon : 2 battants en 1974
7 do4 Marie 1922 711   Amédée Vinel Toulouse    
8 do#4   1814 760   Viguier Toulouse  

2 battants en 1974

9 #4   1581 660   Nicolas Poncet Toulouse  

IN TE DNE SPERAVI NON CONFVNDAR IN ÆTERNVM
L MDLXXXI
(2 battants en 1974, MH 15-1-1907)

10 fa4   1581 610   Nicolas Poncet Toulouse  

INITIVM SAPIENTIÆ TIMOR DNI
MDLXXXI (MH 15-1-1907)

11 fa#4 Jeanne d'Arc 1922 495   Amédée Vinel Toulouse    
12 sol4   1816 ? 526   Viguier ? Toulouse    
13 sol#4   1816 ? 480   Viguier ? Toulouse    
14 la#4   1816 ? 417   Viguier ? Toulouse    
15 do5 Edmond 1922 ? 340   A. Vinel ? Toulouse    
16 do#5 Germaine 1922 ? 330   A. Vinel ? Toulouse    
17 #5 Jean 1922 ? 310   A. Vinel ? Toulouse    
  la4   1813     Viguier ?    

cloche du chapitre, voûte gothique
SIT NOMEN DOMINI BENEDICTUM

a mi4   1647 520   Lacabre     deuxième à sonner les quarts (@ figure un bas-relief)
GLORIA • DEO • PRI • ET • FILIO • ET • SPVI • STO • IESV • XPO • B • V • MARIE • DEI •
MRI • SS • IOSEPH • ANNAE • IOACH • AVGVSTINO • MONI • NICHOLTOLEN • OIBVS • QVE • STIS
  • AMEN • @ • ANNO • @ DNI @ 1647 @ • MENSE • @ • MAII • @
LACABRE
4
b fa3 Nicolas 1581 1420 1800 Nicolas Poncet Toulouse  

heures, classée MH le 15-1-1907
XPS VINCIT XPS REGNAT XPS INPERAT (sic) XPS AB OMNI MALO NOS DEFENDAT 5 NICOLAS
PONCET MA FETE LAN MIL V LXXXI

c sol4   1849          

première à sonner les quarts
SIT NOME (sic) DOMINI BENEDICTUM 6 1849
IHS

  la4               sacristie

Rosace nocturne (floue...) (1) Je loue le vrai Dieu, j'appelle le peuple, je réunis le clergé ; je pleure les morts, j'éloigne la foudre, j'ajoute à la pompe des solennités.
(2) C'est la maison de Dieu et la porte du ciel, on l'appellera la demeure de Dieu.
(3) Je proclamerai ton nom.
(4) Gloire à Dieu, au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, à Jésus-Christ, à la Bienheureuse Vierge Marie mère de Dieu, aux saints Joseph, Anne [mère de Marie], Joachim [père de Marie], Augustin, Monique [sa mère], Nicolas de Tolentino [ermite de Saint-Augustin] et tous les autres saints, Amen. L'an du Seigneur 1647 au mois de mai par Lacabre.
(5) Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ nous défend contre tous les démons.
(6) Que le nom du Seigneur soit béni.

Il existe une cabine qui abritait le banc du sonneur, mais il ne reste que les trous au plafond pour le passage des cordes...

La nef raymondine avant 1893


La nef (en fait le chœur) gothique avant 1893
Le chœur avant 1893
Remarquez l'endroit depuis lequel était
sonnée la cloche dite des chanoines
Date Nb Notes (cloches de volée)
17942(Cordelière Carmélite = sol3)
18134 (Cordelière sol3) ré#4 fa (et la cloche du chapitre)
18145 (Cordelière sol3) do#4# fa (passage du pape Pie VII à Toulouse)
18156 (Cordelière sol3) sol# do#4# fa
18169 (Cordelière sol3) sol# do#4# fa sol sol# la#
18518 (sol3) sol# do#4# fa sol sol# la#
18749 (Augustine sol3) sol# do#4# fa sol sol# la#
18769 (la2 sol3) sol# do#4# fa sol sol# la#
192215 (la2 sol3) sol# la# do4 do## fa fa# sol sol# la# do5 do##
199217 (la23 sol) sol# (la la#) do4 do## fa fa# sol sol# la# do5 do##

Détail de l'affiche de 1992

Schéma des deux beffrois vus de dessus Deux beffrois en bois supportent respectivement le bourdon Etienne-Florian et les quatre autres cloches de sonnerie : Marie, Flos Carmeli, Cécile et une comparse, décrochée en 1992 du carillon, sans nom.
Le bourdon Etienne-Florian Beffroi vu de dessus Cloche Marie Cloche Cécile vue de dessus

Clavier en ruineLa cathédrale de la métropole toulousaine possède donc une sonnerie relativement petite de cinq cloches de faible puissance. A titre de comparaison, la cathédrale de Nantes possède une sonnerie digne de ce nom de huit cloches de forte puissance fondue en 1841 par les fondeurs Bollée et Guillaume-Besson : fa#2 (5650 kg), sol#2 (4010 kg), la#2 (2945 kg), si2 (2431 kg), do#3 (1675 kg), ré#3 (1200 kg), mi#3 (870 kg) et fa#3 (690 kg).

Schéma du carillon vu de dessus
Le carillon se trouve au-dessus du niveau des cloches de sonnerie.


Schéma des cloches du toit vues de dessus Cloche des heures Sur le toit se trouvent les trois cloches qui sonnent les quarts d'heure (les petites) et les heures : cette dernière vient d'être restaurée, car elle menaçait tout simplement de tomber (à la verticale de la place), tenant miraculeusement par une seule anse brisée !


Ici, la mémoire toulousaine se fond dans les incertitudes et autres confusions. D'aucuns appellent de ce nom la cloche des heures, bien visible en haut du clocher roman, d'autres donnent ce nom au bourdon, moins visible que la précédente mais non moins audible.

La Semaine liturgiqueAlors qu'en est-il ? pour le savoir, il faut remonter le temps, grâce à S. Manaut dans la Semaine Catholique du 1er octobre 1876 :

« La fondation du couvent des Grands-Augustins de Toulouse date de 1340. Détruit par le désastreux incendie de 1462, il fut immédiatement reconstruit, et, dès 1504, la belle église, convertie aujourd'hui en musée de peinture, se trouvait terminée.
Le 14 septembre 1550, le feu du ciel tomba sur le clocher qu'il démolit en partie et brisa les cloches dont, peu de temps après, les morceaux formèrent, avec une assez grande quantité d'or et d'argent, la matière de l'Augustine, bourdon qui devint bientôt célèbre dans le pays, plutôt par la puissance et la beauté du son que par sa grosseur qui n'était pas considérable ; il ne pesait, en effet, que 2,914 livres.
S'il annonça pendant plus de trois siècles les grandes fêtes de l'église et les événements mémorables, comme l'entrée des rois, des princes et des archevêques de Toulouse, il retentit trop fréquemment aussi dans les calamités publiques qui ont tant désolé notre cité. Aux époques de la Ligue et des guerres entre protestants et catholiques, sa voix avait la lugubre mission de donner le signal des combats.
Elle sonna bien tristement encore, quand, en 1610, le corps de la belle Paule Viguier fut déposé dans le tombeau de la famille des de Lancefoc, situé dans une chapelle des Grands-Augustins.
Une délibération du Conseil municipal du 18 Thermidor, An II, décida que, de toutes les cloches de la ville, l'Augustine serait seule conservée pour servir de beffroi. Par suite, et jusqu'en 1852, on ne l'a plus employée que pour donner l'alarme en cas d'incendie. Lors des brillantes fêtes de charité de 1865, et, deux ans après, pendant les solennités de la canonisation de sainte Germaine, les Toulousains et les habitants des campagnes environnantes eurent encore la joie de l'entendre.
Elle resta de nouveau muette jusqu'à la fin de 1874. Cette année-là, un peu avant la Toussaint, sur la demande de Mgr Desprez, elle fut transportée des Augustins à Saint-Etienne. Il est probable que, pendant cette opération, elle aura éprouvé quelque fêlure, car on n'a plus reconnu sa magnifique voix d'autrefois. »
Ancienne rue contre la cathédraleOn a donc, tout dernièrement, dû se décider à la remettre au creuset, et, grâce à la munificence de notre digne archevêque, son poids a pu être considérablement augmenté ; elle pèse actuellement près de 40 quintaux métriques. Voici du reste, le détail de son poids et de ses dimensions :

	Cloche,		3,901 kilog.
	Battant,	58	»
	Contre-poids,	489	»

Sa hauteur est de 2m10 ; sa plus grande circonférence, de 5m71 ; son plus grand diamètre, de 1m80 ; son épaisseur, de 15 centimètres.
Elle a été fondue à Toulouse, et réussie admirablement à la première coulée. C'est, croyons-nous, le travail le plus considérable entrepris jusqu'à ce jour par la maison Louison : il lui fait grand honneur.
Dimanche dernier, Mgr Desprez a béni solennellement, au milieu d'une foule qu'avait peine [à] contenir la vaste Métropole, celle qui fut si longtemps l'Augustine, et qui dorénavant s'appellera Etienne-Florian, association des noms de l'église qui la possède et du vénérable prélat à qui elle la doit. »

Des précisions étaient données sur le bulletin du 10 septembre 1876 :

« Le carillon de l'église métropolitaine s'enrichit d'un magnifique bourdon, qui se compose de tout le métal de l'Augustine, refondu et augmenté grâce à la générosité de Mgr l'Archevêque et du vénérable Chapitre.
La nouvelle cloche s'appellera Etienne-Florian ; elle sort des ateliers de la maison Louison de Toulouse. On a gravé sur le bronze les armes de Pie IX avec celles de Mgr Desprez et du Chapitre ainsi que les portraits de saint Etienne et de saint Florian et enfin ces deux vers qui expriment les divers attributs des cloches dans le culte catholique :
Palier déposé dans le clocher LAUDO DEUM VERUM, POPULUM VOCO, CONGREGO CLERUM;
DEFUNCTOS PLORO, FUGO FULMINA, FESTA DECORO.

Je loue le vrai Dieu, j'appelle le peuple, je réunis le clergé ;
Je pleure les morts, j'éloigne la foudre, j'ajoute à la pompe des solennités. »

Plus d'Augustine, donc, sinon dans le métal du bourdon Etienne-Florian, digne ultime successeur de la Cardailhac. La vénérable cloche des heures, puisqu'elle date de 1581, porte le nom de Nicolas.

Sonnerie du bourdon de Notre-Dame de Paris

Les illustrations montrent comment peut être sonné l'Etienne-Florian.

A l'Augustine !

Airain vibrant, fière Augustine,
D'un grondement sourd et puissant
Comme un écroulement de ruine,
Pourquoi troubler l'air gémissant
Et mon troupeau qui se mutine
Près de l'Autel où Dieu descend ;
A manifester il s'obstine,
Dans le Saint Lieu, c'est indécent.
C'est mal ! C'est bien mal ! Augustine.
Sonnerie du bourdon de Bruges
Plus ton branle va grandissant,
-- Pareil l'éclair brille, illumine --
Il se dresse plus menaçant,
Il s'insurge, il clame, il fulmine,
Grisé par ton glas gémissant...
Jésus portant sa Croix s'incline,
Pardonne et meurt en bénissant...
Pourquoi l'oublier Augustine ?

Jules Sèhliap, carte postale de 1910.



Gravure figurant la cathédrale

Saint-Etienne avait un autre fameux bourdon. Son poids légendaire n'était pas de 25 t mais plus vraisemblablement de 12 ou 13 , l'écart se justifiant par une mauvaise lecture des poids de l'époque. Il n'en reste pas moins que ce fut longtemps le plus grand bourdon de toute la chrétienté, justifié par la qualité de Patriarche de Jérusalem de l'archevêque de Toulouse. S. Manaut nous donne quelques précisions historiques :

« Saint-Etienne avait un autre fameux bourdon du poids de 25,000 kilogrammes : Cardailhac, fondu, en 1387, au frais de l'archevêque de ce nom et refondu 150 ans plus tard par les soins de Jean d'Orléans, aussi archevêque, et du chapitre. En 1794 [le 21 juillet, ou 3 Thermidor An II], pendant la Révolution, et en exécution de la délibération citée plus haut, la Cardailhac fut jetée du haut en bas de la tour de l'église. Bien qu'on eût pris la précaution de remplir le parvis de plusieurs couches de paille, elle s'enfonça profondément dans la terre et se brisa ; des morceaux on fabriqua des sous. »

En 1910

Alexandre Astruc, marguillier à l'église de Belpech, a noté : « Une cloche nommée "CARDAILLIAC", du chapitre de St-Etienne à Toulouse, est passée à Pamiers pour servir de canons à la ville dax peusant 500 quintaux et on en prand par toute les vile et vilages n'en lessant qu'une ou deux suivant la qualité et on en ferme partout les personnes vertueuses ou qui on fé de gran biens. » Il s'agit en fait de la ville d'Ax-les-Thermes : la batterie de canons constituée devait servir à équiper la forteresse de Vauban Mont-Louis et était constituée en faveur de l'équipement de l'armée de la République des Pyrénées, dont l'état-major était à Toulouse, sous le commandement du général Servan. (Information recueillie et communiquée par Claude Seyte.)

Sur les différents clichés ou gravures, on remarquera la disparition des abats-sons et la fermeture de la fenêtre par laquelle fut précipitée la Cardailhac.

Le clocher monumental vu de trois-quarts nord-estRefondue dans le cloître même en 1531, elle proclamait fièrement en occitan :

CARDALHAC M'APPÈLI
CENT CINQ QUINTALS PÈSI

Il reste à élucider la fonction de ce balconnet sur la façade est (voir photo).
La cloche ayant été fondue dans le cloître (actuelle cour Sainte-Anne),
c'est probablement par ce côté que la cloche a été hissée.

Après la restauration vers 1998

Le père Jean-Marie Miquel est le curé de la cathédrale. En l'état, le carillon est jouable ou plutôt « exploitable » à l'aide d'un clavier électrique depuis la sacristie. Je me ferai un plaisir de vous indiquer quelles mélodies je peux y jouer, il suffit de me contacter.

En savoir plus