Une conférence intitulée L'Art campanaire occitan vous est proposée, sur un support multimédia à travers un vidéo-projecteur.

Propositions de résumé

Du Capitole à Saint-Sernin

Le roi David accorde sa harpe au couvent Notre-Dame-la-Daurade1 - En l'an 250, le martyre de saint Saturnin à Toulouse soulève les passions et enflamme les arts. Tous les lieux de Toulouse sont encore empreints de cet hommage (rue du Taur, gare Matabiau) et les clochers de ses deux reliquaires majestueux ont servi de modèle dans tout l'ancien comté de Toulouse, aujourd'hui terre d'Occitanie : octogonal pour la basilique Saint-Sernin (le « gothique toulousain »), clocher-mur en briques roses pour l'église Notre-Dame-du-Taur.

Beaucoup plus discrètes car immatérielles, les sept sonneries traditionnelles toulousaines évoquent en un tableau musical le martyre du saint traîné par le taureau. Véritables partitions musicales du IIIe siècle, mises en danger par la Révolution française et ses destructions massives de cloches, elles ont retrouvé leur éclat au XIXe siècle grâce au génie d'un industriel toulousain qui a incidemment créé une nouvelle silhouette de cloche : la demoiselle de Louison...

2 - En Occitanie, la tradition campanaire est ancienne et vivace, mais hélas ! méconnue. A l'opposé d'une tradition flamande plus médiatique, elle nous est pourtant familière : ses clochers singuliers ponctuent le paysage de notre région, dévoilant parfois au passant leurs cloches à la silhouette gracieuse et au tintement inconsciemment espéré. Car c'est un patrimoine auquel on ne fait plus attention, mais qui nous manque lorsqu'il disparaît...

3 - La Ville de Toulouse peut prétendre au titre de Capitale campanaire mondiale, par son histoire, sa spécificité, sa richesse campanaires : 14 carillons résonnent dans ses murs. Malheureusement, ce patrimoine est aujourd'hui ignoré, pis ! il est à l'abandon et en danger. Comme l'atteste l'hommage rendu à Claude Nougaro, le carillon a encore de la voix, mais il faudra la mobilisation de tous les Toulousains amoureux de leur ville pour lui éviter de devenir aphone. La Ville de Malines, en Belgique, siège de l'Ecole royale de Carillon, prétend au titre de Capitale des concerts de carillon.

Crépuscule aux oiseaux sur la Garonne et le Stadium, en novembre 2007 Statue de la Liberté, rue d'Alsace-Lorraine Télécharger

Résumés de la conférence (PDF - 60 ko)
Biographie du conférencier (PDF - 96 ko)

Contacter

Par mél

Autres conférences